Le marketing et l’obsolescence ...

des technologies, des produits et des services va s’imposer dans les années à venir.


Les cycles de vie des produits sous l’influence de la numérisation des techniques, de l’apparition des écrans tactiles, des objets connectés et d’une concurrence (mondiale) accrue se raccourcissent de plus en plus. Ainsi les cycles de vie (long) des machines industrielles sont passées en moyenne de 50 ans hier à 25 ans aujourd’hui et 10 ans demain. De 7 à 5 ans dans l’automobile. Jusqu’à 1 année pour les smart phones qui programment et accélèrent le temps sciemment. Sans réaction “massive“ des clients pour le moment. Face à cette menace globale, les solutions urgentes et curatives sont limitées : - extension de la gamme de produits et de services - casser les prix de marché et surtout préparer à grande vitesse sa diversification vers les nouvelles technos et/ou vers de nouveaux marchés (porteurs). Une stratégie alternative, quand on est en position de force ou dominante, est de résister et d’éliminer les concurrents pour devenir le dernier des « Mohicans ». Cette stratégie peut s’avérer payante dans des cas précis que j’ai suivis et vécus. Et la dernière stratégie (à conseiller) est préventive : elle consiste à organiser le développement intermittent grâce à une petite cellule pluridisciplinaire qui est composée de collaborateurs, de clients types et un conseil (cognitii par exemple) pour animer, piloter les projets. 1 à 3 jours par mois consacrés à cette mission est d’expérience un strict minimum (en fonction de l’urgence, de la taille des marchés et de l’entreprise).


Pour plus d’infos, me contacter.



L’Egonomie.


La pub-marketing des mots, des promesses, des superlatifs est à son apogée, les publics n’y croient plus. Ils attendent des faits et gestes concrets. Et ils vont exiger sans gêne, ni état d’âme des contreparties réelles, perceptibles. Des contreparties à la fois matérielles mais aussi émotionnelles, affectives ... pour acheter et s’attacher, se fidéliser à une marque, un produit, un service. Ce nouveau comportement des clients / consommateurs / usagers / citoyens est versatile : il change au gré des humeurs, des entourages et des situations. Certaines fois, il prend une attitude très individualiste et d’autres fois une attitude très collective ou communautaire selon son intérêt, son bon plaisir. L’égonomiste averti est ainsi : calculateur et humain c’est à dire avec du coeur et des rancoeurs.


A tout moment, partout. Internet, les réseaux sociaux, une multitude d’application de proximité grâce aux multiples devises : PC, mobiles, tablettes, montres et autres objets à inventer seront là pour contenter tout au long de sa vie les clients/citoyens. L’internet des clients, usagers donnera le pouvoir de guider et de diriger les entreprises avec les actionnaires, peut être bien au détriment des employés ... qui hors leur travail sont aussi des clients, consommateurs ! Le monde est complexe et ambivalent.


  1. 3.Les clients consultants en entreprises.

Alors sous la pression des clients, le  marketing ne sera plus une fonction mais un service rendu aux clients au sens propre et figuré ! Le client sera greffé dans l’organisation ... grâce aux big data (maîtrisés, avisés), aux clients pilotes, à la co-création, aux assemblées de clients, aux porte paroles clients, aux services recrutements de clients types, aux employés devenus marketeurs par obligation et formation ! Les entreprises seront prises en étau par les marchés : financiers et clients.


Ré-inventer le marketing est une nécessité face à ces scénarios envisageables ! J’y travaille pour vous indiquer des pistes à ces défis, au fil des semaines et des parutions. Abonnez vous si vous souhaitez suivre ces ateliers.


Chacun de ces scénarios sera abordé dans des ateliers à paraître au fil des semaines  et des avancements. Les premiers aborderont le thème de L’égonomiste, suivra un petit traité d’égonomie et l’économie des contreparties. Un autre atelier abordera celui du client consultant etc.


A bientôt.

w.


 

Panorama du développement marketing et socio-économique  des entreprises et organisations ...

(lire marketible), l’obsolescence marketing, etc ...

La quête du contenu !

Le client dans son expérience aime les contenus intéressants et désintéressés ... or on lui propose de la pub ou de la comm’ revue à la sauce contenu, brand content etc. Allez un dernier effort les marques, vous pouvez le faire et contenter l’egonomiste qui sommeillent en chacun de nous .... lire la suite.

Développement marketing & socio-économique raisonnable, durable : c’est possible si on le veut (lire ...).

Au delà des besoins, attentes et attitudes : la nature humaine, le facteur humain ...  (à venir).

Conseil marketing & socio-économie

La (dés)expérience clients ...

Torture Test et solutions ... Une adresse utile pour remédier à tous ces objets* qui agacent tout le monde tout le temps ... lire la suite.

▲ socio-économie  & marketing d’après

Apports

L’économie des contreparties ... est un avenir envisageable, proche même (lire la suite).