La Septième

au pays des cadeaux, les contreparties ...

Une Vitrine dans la Grande Rue.

conte de Noël


Je suis Cadeau et j’ai 598 ans ! Mon nom se lit [kado] phonétiquement. Né du côté de Notre Dame de Paris en l’an 1416, je désignais en ces temps une lettre capitale ornée. Sans blague. Puis, par on ne sait quel tour de langue, en 1656,  je deviens « un régal, une fête galante offerte à une dame ». J’évolue encore en 1669, je suis alors : “ un présent destiné à fêter qqn, un cadeau nuptial “. Mais c’est au 18ème siècle que mon bon sens se fixe sur, je cite, mot pour mot : “ ce que l'on offre à quelqu'un à titre gracieux pour lui faire plaisir “ *. Depuis cette date, je suis le Cadeau, celui que vous pratiquez tous.


Je cultive ma bonne étoile au gré des présents : je prends toujours le visage de circonstance. Je vous explique. Certaines fois je suis Cadeau Réciproque, des fois Cadeau Don ou Cadeau Gratuit, d’autres fois Cadeau Intéressé ou Désintéressé. Je joue volontiers au Cadeau Plaisir que je fais à moi même ou à mes proches. Et, de plus en plus, quand je déplais : On m’échange ou On me refile à nouveau comme un Cadeau Bon Débarras. Je m’incarne quand il le faut en Cadeau politesse ou Cadeau rituel.

Et il m’arrive de repousser mes limites, je prends alors la forme “comblé de Cadeaux“. Le summum. Evidemment, je coûte à celui qui m’offre mais bizarrement l’argent n’est pas un Bon Cadeau ou plutôt un Cadeau par Défaut ... quand je manque d’idées . Dans ce cas, je finis sous enveloppe avec le nom du cadeauté écrit dessus à la main. Cadeauté, cadoté, cadotté sont des formes de mon nom qui se sont perdues en cours de route. Personne ne sait où.

Mais je reste très lucide face à ce succès : au pays des Cadeaux règnent les contreparties, le monde affairé des contreparties : de coeur, d’intérêt, de portefeuille, par rituel, etc. D’ailleurs ...


Le Cadeau de Noêl est ma fête ! Je suis pris en main par le Père Noël et les marchands qui me distribuent aux proches. Cette prise en charge de fin d’année est arrivée au milieu du18ème siècle bien longtemps après Jésus Christ, sa crèche, Marie, Joseph, les rois mages, etc. Une fois de plus, j’ai été récupéré par une cause religieuse à mon insu. Je me souviens qu’à cette époque, j’étais périssable et consommable alors que de nos jours je suis un pur produit de consommation. Le temps passe, la crise sévit, pourtant je suis encore omniprésent. Mieux : il paraît que je suis un lien et une matrice sociale selon les érudits qui étudient mon cas !

Waouh ! .... Quelle lourde responsabilité. Pourtant les mêmes érudits m’évaluent à peine à 1453 citations au dernier comptage des fréq.lit.abs. (fréquences littéraires absolues*). C’est peu en comparaison des scores de mes concurrents directs comme Argent (16 993 citations*) et Droit (19 278 citations*). En somme,

je fais 12 à 13 fois moins bien qu’eux qui, justement, ne sont pas réputés pour faire des Cadeaux !


Je suis donc le Cadeau de la société : un avatar du règne

des contreparties qui envahit nos sociétés où tout le monde se poussent des coudes. Je matérialise un moment de bonheur et le pendant (réduit à un petit douzième*) du monde de l’argent Sans Merci : je veux dire par là, sans pitié et sans remerciements.


Alors quoiqu’il arrive dites Merci, ayez le Cadeau de Noêl Lucide et de circonstance ... car même un Cadeau Empoisonné vaut

au royaume des contreparties.


De la Septième (district de Savoie),

Joyeux Noël,

Cadeau (alias w).

au pays des cadeaux

les contreparties règnent ...

Sources : * cnrtl

  1. *citations : fréq. lit. abs.

fréquence de citations observée dans un corpus de textes représentatif du 19 et 20 siècle par le TFL.

* un douzième : cf équi-proratas