A La Septième,

Rue ParChamps.

La lexicomania est un terrible mal du langage que nous avons déjà évoqué parce qu’il touche progressivement le pays. Tout au début de l’épidémie, les meilleurs spécialistes pensaient que la lexicomania se limitait à un seul symptôme : les élus et la langue de bois. Eh bien, les temps ont bien changé. 

Les techniciens jargonnent toujours mais ...
les jeunes s’adonnent au langage compressé du texto,
les élus sont passés aux mots politiquement corrects ,
et les techno-enarques aux (nouveaux) mots pédants * .

Alors voici un cas, summun du genre pédant, apparu dans un rapport récent sur l’Education Nationale remis à Madame la Ministre (fort bien relayé par les média).

Je cite : "traverser l’eau en équilibre horizontal dans un milieu aquatique profond, standardisé " ... ce qui signifie : nager dans une piscine. Si j’ai bien compris.

A ces lexicomaniaques, j’ai trouvé intéressant d’opposer la définition de l’académie française (cnrtl) de NAGER, verbe : 1. [Le suj. désigne un être vivant, animal ou homme] Se soutenir ou se déplacer dans ou sur l'eau grâce à des mouvements appropriés. Nager sur le côté, sur le dos; nager à l'indienne; nager sous l'eau... etc.``
Bien dit, les immortels.

Depuis, j’ai un rêve : diner avec le/les improbables auteurs de cette définition moderne ... de la langue  désincarnée ! Mais il n’empêche qu’au fond (de l’eau), seuls les mots changent : les actes restent identiques ! 

Ps : du coup, à La Septième, nous avons effacé le mot “incorrect“ sur le mur érigé récemment en hommage 
aux mots vrais incorrects qui se situe Rue Parchamps.

w.

De notre envoyé spécial en Vocabulaire (France).

* Pédant . − Subst. masc. et fém., p.anal., péj.

1. Personne qui fait avec insistance étalage d'un savoir, d'une culture, d'une érudition, d'une spécialisation souvent superficiels, fraîchement acquis ou exclusifs.